accueil Les Ormes avant les Ormes
Vers 1900, alors que le bas de Montreuil est en pleine industrialisation et que les murs à pêches [ carte postale ] se sont répandus en partant des jardins, à l'arrière des maisons du centre ville, le lieu-dit les Beaumonts (ou aussi les Bacottes) est consacré depuis le XVIIIe siècle à l'exploitation de carrières de gypse.
Ces carrières creusent de vastes cratères dans les collines.
La population de ce quartier est composée pour 23% de carriers, terrassiers et charretiers.
La zone, qui est un peu un Far West moins contrôlé par les autorités, finit par attirer aussi de nombreux mendiants, vagabonds, repris de justice ou chômeurs. À la fin du XIX
e siècle, les Montreuillois considèrent le lieu comme  particulièrement mal famé.


Au lieu-dit les Beaumonts, deux carrières se partagent la colline : la carrière Leclaire (devenue la propriété de M.Mabille) et la carrière Gallet. M.Mabille habite sur place et a fait transformer une partie de la carrière en grand parc autour de sa maison. Puis sa veuve décide en 1908 d'offrir le parc à la Ville. Cette donation est mise en échec en 1921 sur la requête de ses héritiers. La Ville attendra pour avoir son parc.

La carrière Gallet, quant à elle, occupe le terrain qui sera plus tard celui de la résidence des Ormes.
Fin XIXe et début XXe siècles, Gallet est un nom très répandu dans le Pas-de-Calais. Peut-être la famille en est-elle originaire.
Victor Louis Gallet vit à Fontenay-sous-Bois jusqu'à sa mort le 2 juillet 1918. La carrière qu'il exploite lui vient probablement de son père.
Tout juste deux mois après la mort de son épouse Reine Euphrasie Mullot, (16 mars 1909), Victor Louis et son fils adoptif Victor Isidore Ludovic Delabrecque-Gallet, qui est champignonniste à Nanterre, créent entre eux la société Gallet et Fils (17 mai 1909).
Gallet et Fils a pour objet  l'exploitation de la carrière, le commerce de plâtre, glaise, briques et ciment, mais aussi la culture et la vente de champignons. En effet, les galeries désaffectées sont propices à cette culture.

L'apport de Victor Louis à Gallet et Fils est constitué par sa vaste propriété comprenant notre parcelle mais aussi des terrains qui ont servi plus tard à la Ville pour la création ou l'élargissement de la rue Paul-Doumer et de la rue du Jardin-des-Écoles.  Le tout est estimé à 200 000 anciens francs.
Quant à Victor Isidore Ludovic, son fils, il apporte un capital de 100 000 anciens francs.

Gallet et Fils prend encore un peu plus d'espace : la société achète les parcelles BX 6, 7 et 8 (environ 500 m2) à la société... Gallet et Compagnie, sans doute une affaire en famille... Cette dernière les avait elle-même acquises des Établissements Joseph Leclaire (devenus plus tard la Société anonyme des Ateliers de Montreuil
photo, cliquer ici  ).
Le nom de Leclaire nous est déjà connu. C'est d'ailleurs l'ancien nom de l'avenue Jean-Moulin.

Victor Louis disparait donc en 1918 (je ne sais pas si c'est à la guerre) laissant son héritage à ses deux enfants adoptifs
Victor Isidore Ludovic (déjà cité) et Marie Louise Euphrasie Delabrecque-Gallet, laquelle vit à Nogent, ayant épousé Auguste Édouard Philippon, représentant de commerce.
Victor Isidore se trouve donc en indivision avec sa "soeur" Marie Louise, épouse Philippon. Cependant, Mme Philipppon cède en 1930 tous ses droits (un tiers de la société) à son frère en échange de 111 400 anciens francs.
Cela a comme conséquence la fin de la société Gallet et Fils.
Victor Isidore Ludovic et son épouse Marie Françoise Yviquel  vivent au 10 de la rue Leclaire (c'est chez nous !).  L'âge venant, Victor Isidore laisse à ses héritiers le soin de s'occuper de l'affaire au moyen d'une donation-partage. Il se réserve, pour lui et son épouse, l'usage d'un pavillon et une rente viagère.

Marie Françoise Yriquel meurt le 14 juin 1954, suivie huit ans plus tard par son mari Victor Isidore Ludovic Delabrecque-Gallet (2 août 1962). Ils laissent comme héritières cinq filles déjà bénéficiaires de la donation-partage.

Hélène Marie Louise,
née en 1899, épouse d'André Marius Grolleau (marchand de bois), résidant à Montesson.
Victorine Yvonne, née en 1903, épouse de Pierre Georges Marcel Piquelle (marchand de matériaux), résidant sur place 10... avenue Jean-Moulin. Geneviève Andrée Hélène,
née en 1907, épouse de
Jean Despature (industriel), résidant à La  Varenne-St-Hilaire.
Madeleine Germaine Marie, née en 1910, divorcée, remariée
avec Henri Pierre Bertin (représentant de commerce), résidant à Ste-Geneviève-des-Bois.
La dernière, Germaine, qui réside aussi chez nous, décède peu après son père, en 1964. Son époux, Raymond Raoul Michel Dauzac,
né à Bouscat - Gironde en 1898 (entrepreneur de maçonnerie)
et son fils Michel Marie Victor,
né à Montreuil en 1933 (métreur) héritent des droits de Germaine.

Dès 1962, la Ville de Montreuil décide l'expropriation de la parcelle BX 28 (qui comprend une partie de l'actuelle BX 72, notre résidence). Le tribunal fixe l'indemnité à 453 000 francs payés par la Ville aux consorts Delabrecque-Gillet.  Une école élémentaire ouvre alors à la rentrée 1964 dans des bâtiments provisoires. La construction définitive sera celle de la maternelle. Puis, le 23 décembre 1965, la Ville achète aux consorts le reste de leur propriété indivise (parcelles BX 5 à 11 et 22).

Elle décide de consacrer 9420 m2 à la construction de 88 logements HLM (permis de construire en 1970).

Mais la nature du sous-sol impose des fondations spéciales qui élèvent le prix du projet, désormais incompatible avec des loyers modérés.

La Ville cède la parcelle à la Semimo pour la construction de 145 logements en accession à la propriété : la résidence des Ormes (délibération du 3 novembre 1970, M.André Grégoire étant maire, acte de vente en 1972).
 
  accueil Les carrières de gypse Plan de l'I.G.C. (carrières) Plan du cadastre (parcelles)